02 novembre 2006

UN JUSTE PARMIS LES JUSTES

http://www.lyon-photos.com

Catherin BUGNARD, célèbre lyonnais se plaisait à dire :
"Le tout, c'est pas d'y faire, c'est d'y penser ; mais le difficile, c'est pas d'y penser, c'est d'y faire."

C'est certainement pour cette raison que ce "libre penseur" est arrivé à la postérité dans notre turbulente capitale des gaules.

Un autre Lyonnais célèbre disait de lui que :

"les immortels de l'académie du Gourguillon étant tous morts jusqu'au dernier, les académiciens des pierres plantées ont recueilli leur immortalité viagère. De celle-ci, "catherin BUGNARD ne s'est pas contenté. Il l'a renforcé d'une perpétuité , celle du secrétariat. Il serait donc immortel perpétuel. grand bien lui fasse et pourvu que ça dure".

Je ne vais pas vous retranscrire l'intégralité de l'épitaphe que ce célèbre Lyonnais a composé pour Catherin BUGNARD. Elle est trop longue.

Je me contenterai de recopier ci-après quelques maximes recueillies dans le savoureux livret Lyonnais intitulé :

" La plaisante sagesse lyonnaise - Maximes et réflexions morales recueillies par Catherin BUGNARD secrétaire perpétuel de l'académie des pierre plantées".

Eh bien! allons y puisqu'il faut y aller, aurait-t-il pu dire.

Méfie toi des gones qui savent faire rien de rien, ils sont capables de tout.

Pour que le vin fasse du bien aux femmes, il faut que ce soyent les hommes qui le boivent.
Le temps passe, toi aussi. Et demain sera pas long à venir.
Faut pas faire la besogne pour qu'elle soye faite. Faut la faire pour la faire.
Mange pas tout ce que tu gagnes durant que te gagnes si tu veux avoir de quoi manger quand te gagneras plus.
Les cornes, c’est comme la coqueluche. Ça se prend du monde qu’on fréquente
Si t’as deux amis et une femme, t’as trois personnes contre.
T’as pas à t’en croire si t’es un bel homme ; t’en es pas rien cause.
C’est mal d’arriver à la fin de sa vie juste au moment où on commence à savoir vivre.
Tâche moyen de ne pas lâcher des bêtises parce que t’auras beau courir après, t’auras peine à les rattraper.
Quand on te mènera à loyasse (le cimetière de lyon 5ème) t’auras beau avoir ramassé tant et plus même d’avantage te n’emporteras que ce que t’auras donné.
Si te montres trop ta femme et tes pécuniaux , te risque beaucoup qu’on te les emprunte. Et pour ce qui est de les ravoir, y a des chances qu’elle revienne plus vite qu’eux.
LE BENEDICITE DE CRAPONNE :
Prions Dieux qu’ivienne personne. Nous sons assez grands garçons pour manger tout ce que nous ons.

LES GRACES DE BRINDAS :
Mon Dieu je vous remarcie de ce repas !
Faites que l’autre ne tarde pas.
A tôt le moins que se retârde que ne manque pas.

Ecoute petit !
Pour faire son chemin faut de l’honnêteté et de l’habileté. L’honnêteté c’est de tenir ses engagements. L’habileté c’est de ne pas en prendre


http://www.lyon-photos.com

Qui était donc Catherin BUGNARD. C’était tout simplement le pseudonyme de l’homme qui prononçait l’épitaphe. Il s’agissait de :

Justin Godart né le 26 novembre 1871 à Lyon décédé le 13 décembre 1956 est docteur en Droit en 1899; adjoint au maire de Lyon en 1904, Député de Lyon (1906-1926) puis sénateur du Rhône 1926-1940) Vice président de la Chambre des Députés (1914)
Sous secrétaire d'Etat de la Guerre, il est responsable du "Service de Santé Militaire" de 1915 à 1918 . A la fin de la guerre il fonde la "Ligue contre le Cancer", puis, en 1934,, la "Ligue Intenationale contre le Cancer".
Il est Ministre du Travail et de l'Hygiène (1924-1925) et Ministre de la Santé en 1932 En 1929, il crée l'Hôpital Foch à Suresnes
- Devant la montée du nazisme il défend la communauté Juive, s'occupe de l'Oeuvre de Secours aux enfants, de l'accueil des immigrés et plaide sans relâche pour la défense de leurs droits. - En 1940 il fait parti des 80 parlementaires qui disent "non" à Pétain.
- Grand Résistant, il est à la tête du Comité du Front National clandestin de libération de la France Zone Sud, abrite des juifs et cache dans le jardin de sa maison de Pommiers (Rhône) l'argent servant aux actions de sauvetage des juifs. Il diffuse un journal clandestin: "Le Patriote Beaujolais".
- Maire de Lyon à la libération (1944-1945) jusqu'au retour d'Herriot, - il président de l'Entraide Française (1945-1947), - Les Oeuvres hospitalières françaises de l'Ordre de Souverain de Malte
- Le Comité des Oeuvres sociales de l'Armée du Salut - l'entraide des femmes françaises - -la Ligue française contre le cancer - la Ligue internationale contre le cancer - laisse en tant qu'historien lyonnais une biographie importante.
En juin 2001 s'est tenu à Paris un colloque, organisé par l'O.S.E. au Sénat: "Un Homme dans son siècle". En 2004 on lui remet à titre posthume la médaille des "Justes parmi les Nations". En 2006 on inaugure, à Paris, une "Place Justin Godart", face au Louvre

Récupérée de http://fr.wikipedia.org/wiki et modifié.

Je pense que nos hommes politiques actuels et a venir feraient bien de s'inspirer de sa conduite. Pourquoi se prendre toujours au sérieux. La vie est déjà si triste.

10 commentaires:

  1. Il méritait vraiment ça !!!

    RépondreSupprimer
  2. Tout a fait ça prouve qu'on peut être un grand homme et un fin humoriste.

    RépondreSupprimer
  3. oui humour :la coquetterie de l'intelligence.
    merci pour cette doc et de quoi puiser des citations appropriées!!pour usage quotidien..

    RépondreSupprimer
  4. très bel hommage, beau billet, merci Vincent !

    RépondreSupprimer
  5. Khate - Micheline - Marie
    merci pour vos commentaires. Ce billet montre que l'on peut être un homme politique de poids et prendre le temps de ne pas se prendre au sérieux.
    mes chères amies, je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  6. vincent ordre effectué mais je n'ai plus le reste du comment
    j'ai messenger, mais pas web cam le premier pas très au point pour moi
    autres détails plus tard.
    ton humour chez zed!! mais elle a raison c'est prêter le flanc au piratage.

    RépondreSupprimer
  7. je te le referai chère micheline
    donnes moi ton pseudo sur msn
    je vais t'envoyer le mien
    bises

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour cet hommage que vous rendez à mon grand père Justin Godart. Vous venez de me procurer une grande émotion. Merci du petit fils: François Bilange qui est aussi un verseau...

    RépondreSupprimer
  9. François était mon père. Il nous a quitté le 2 de ce mois.
    Il vous remerciait... et je le fait aussi aujourd'hui. C'est bon de savoir qu'ailleurs il existe des hommes et des femmes qui fraternisent.
    Je n'ai pas bien compris à qui appartient ce blog mais merci !
    Corinne

    RépondreSupprimer
  10. Corinne:

    Je me rends compte avec horreur (si-si!) que je n'avais pas répondu au commentaire de ton père qui avait pourtant pris la peine de me remercier.
    Pourtant j'avais été touché par son commentaire. Veuillez me le pardonner et accepter toutes mes condoléances.
    Pour ce qui est du blog, je suis un cantalou demeurant dans le Rhône depuis 1982. J'ai connu Justin Godart en arpentant la colline qui travaille de par mon métier. Et lorsque j'ai lu le livret de Cathrin BUGNARD j'ai fait connaître dans mon entourage ces maximes de la pensée Lyonnaise. Elles plaisent beaucoup.
    Amicalement j'espère.

    RépondreSupprimer

vos commentaires seront désormais lu avant d'être publiés sur ce site, merci de votre patience !

Vince "Africantal"