07 novembre 2006

Coeur de lionne











D’aucun raconte que dans le centre du Kenya
Un évènement hors du commun s’est produit.
Il a été vu par les plus jeunes enfants de la savane,
par les plus anciens des villages qui les accompagnaient.
Ils venaient de très loin pour voir le prodige qu’on leur avait décrit.
et n’en croyaient pas leurs yeux, se grattaient la tête de perplexité.
Et dans plusieurs décennies ou siècles on se racontera encore
cette histoire autour des feux de villages de la brousse.
Certains se demanderont s’ils ont rêvé.

Dans la réserve animale de Samburu
Une jeune Lionne efflanquée, âgée de trois ans aurait
Rencontré un bébé oryx séparé du reste du troupeaux.
Ce ruminant âgé d’une semaine tout au plus, aurait été vu
Cheminant de concert avec la jeune femelle léonine.
La jeune antilope tremblait de tous ses membres frêles
Et n'avait pas la force de fuir le prédateur
Qui semblait surpris par la passivité du jeune herbivore .
Pour les vieux chasseurs de la tribu, cela était un signe du ciel.




La féline toisait du regard le pauvre petit orphelin.
Et pour constater son reste de vigueur, lui donnait des coups de pattes.
Lorsque le bébé se levait et s’éloignait lentement, elle le suivait pas à pas
Se reposait à ses côtés sous un arbre lorsque l’oryx se couchait.
Les animaux du parc eux même n’en revenaient pas.
Les vervets du haut de leurs branches poussaient des cris de révolte.
Pourquoi la bête cruelle n’abrégeait elle pas la vie de ce nouveau né ?
C’était indigne de la femelle du roi de la savane.
C‘était surtout un présage inquiétant. Jamais on n’avait vu cela.

De jour en jour le bébé dépérissait
N’ayant pas bénéficié de l’affection de sa mère.
Il ne savait que téter et ne pouvait encore brouter les herbes nourrissantes.
La lionne elle-même semblait se retenir de dévorer l’herbivore.
Sera-ce pour demain se demandaient les suricates curieux ?
Il advint qu’un jour un berger vit le bébé se diriger vers ses semblables.
La lionne lui emboîtât le pas, aux aguets, tête basse,
Semblant enfin se décider à passer à table.
On se proposait même d’intervenir pour favoriser les présages.





A la surprise de tous, elle resta, marchant à quelques pas de lui,
Rabattant le troupeau pour que le petit oryx puisse le rejoindre.
Il ne fut pas reconnu par les siens. On comprit dès ce jour
que la lionne l’avait pris sous sa protection et n’avait pas tenté de
s’éloigner de lui pour partir à la chasse. Tous deux dépérissaient donc
de jour en jour et parcouraient la réserve à la recherche d’une famille.
Au détour d’un chemin, alors que la lionne était à bout de souffle,
Elle laissa le jeune Oryx partir seul à l’aventure.


Elle ne pouvait plus rien pour lui.
Le jeune aventurier n’avait pas fait quelques pas qu’un rugissement terrible
se fit entendre de derrière un bosquet d’épineux.il n’eut pas le temps de souffrir et fut emporté dans le bush par un vieux mâle solitaire.
Sa protectrice ne pu que contempler la scène de loin.
Elle n’avait eu ni la force ni l’audace de secourir son protégé.
On la vit se terrer de désespoir pendant quelques jours dans les herbes sèches
puis elle adopta encore tour à tour cinq autres bébés oryx et elle disparut.
Peut être la verrez vous un jour dormir dans un zoo, un cirque de province.

Vous allez me dire que l’on conte de bien belles et tristes histoires
dans les campements de la savane brûlée par le soleil. Mais que
des lions et des gazelles qui s’aiment font partie des légendes.
Que j’ai pris un coup de soleil durant un safari au parc Kruger.
Eh bien ! Non ! Cela n’est pas une histoire.
Elle a été filmée ses dernières années par une équipe britannique
Dans le splendide parc SAMBURU. Et je l’ai regardée aujourd’hui
A la télévision.

21 commentaires:

  1. J'avais lu cette histoire !
    Elle m'avait beaucoup émue et elle m'émeut toujours encore autant aujourd'hui !
    Merci de l'avoir mise en ligne !

    RépondreSupprimer
  2. les animaux sont très emouvants surtout les sauvages. c'est vrai cette histoire l'est beaucoup.Mais as tu vu un troupeau d'éléphants se presser pour aider un des leurs qui se meurt. Une éléphante qui hésite entre laisser son bébé mort et partir pour vivre. C'est très beau.
    merci
    khate

    RépondreSupprimer
  3. belle histoire, émouvante, que je ne connaissais pas, merci de l'avoir racontée Vincent !

    RépondreSupprimer
  4. j'espère en avoir d'autres comme celle-là. merci marie

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Vincent!
    Un petit coucou de ce soir!
    Merci pour le poème! J'aime beaucoup les animaux, ça me touche enormerment!
    Bises Bonne nuit

    RépondreSupprimer
  6. J'adore les histoires sur les animaux, je suis scotchée devant la télé quand il y a de documentaires, racontés avec une voix grave, et même ceux doublés en français car beaucoup de reportages que je regarde sont d'origine américaine ou australienne :)

    RépondreSupprimer
  7. je ne sais si mon comment va trouver place parmi ces fauves enfin on ne sait jamais
    tu m'avais demandé le régiment de papa on lit ici : cavalierau 11e chasseurs à cheval
    a fait toute la campagne
    pour le conéaster : le pied est chez mon fils peut-être possibilité d'avoir un rejet??? il a été acheté ici il y a une dizaine d'années ( jamais malade, jamais mourir!!) tu en voudrais?
    pour le tchat attends un peu, je t'ai dit pas très experte .
    me suis initiée peu à peu à l'informatique par tâtonnement avec queques bons conseils de mon fils et ses copains
    mais ça devient une drogue que ces blogs , non?

    RépondreSupprimer
  8. impossible d'envoyer l'image prévue htlm refusé, je vais essayer autrement

    RépondreSupprimer
  9. conclusion sur les fauves
    ce sont les femelles, les femmes donc qui pourraient apporter un peu de frein à la folie meurtrière des mâles.
    lire: "Dans la guerre" d'Alice Ferney(août 2003 Actes du Sud)

    RépondreSupprimer
  10. Micheline:
    tu vois tes commentaires sont très bien passés.heureusement que tu ne m'as pas fait une déclaration. les femelles, chez les lions ce sont elles les guerrières. Chez les hommes j'en connais qui ne sont pas commodes.
    En général oui, les femmes peuvent influer les cours de l'histoire. il y a de nombreux exemples. Les sabines ne s'étaient elles pas interposées entre les guerries de la première Rome?
    Et les femmes americaines qui tentent de faire revenir leurs boys d'irak. les femmes d'argentine.....
    la femme est l'avenir de l'homme, sans conteste.
    Wictoria:
    Moi aussi, j'aime. Et j'aicommandé une série de dvd sur les fauves. DECEPTION !!! C'est raconté avec une voix aigue, désagréable.....
    ....j'aime pas.
    Les meilleurs ce sont ceux de la BBC.
    Je te conseille le double DVD "l'afrique extrême" : la forêt, la savane, les déserts, l'eau. SPLENDIDE. je ne me lasse pas de le regarder.

    RépondreSupprimer
  11. un hic quelque part
    j'ai essayé ton mail une fois avec pièce jointe( photo)
    puis sans photo
    mail revenu en erreur.
    ça arrive quand on essaie de répondre à un avertissement de comment sur outlook; mais là ce n'est pas le cas , j'ai copié :vincent.lejoly@wannadoo.fr
    le mail que tu m'avais communiqué!!!???

    RépondreSupprimer
  12. Oui , j'ai vu cette scène chez les éléphants . Ce petit bébé qui ne pesait que la moitié du poids normal . J'ai eu l'impression que les animaux respctaient une sorte de priére ou de rituel face à ce petit corps sans vie !
    J'ai aussi encore présent à la mémoire un documentaire où les "soigneurs" avaient fait rentrer des éléphants dans une sorte de vaste enclos pour les protéger des braconniers et ils ne sont pas arrivés à faire rentrer une éléphante qui , une fois l'enclos fermé , est restée à bonne distance . A la tombée de la nuit , elle croyait sans doute que les "soigneurs" étaient partis , elle est venue vers l'enclos , elle est arrivée à ouvrir la fermeture et elle a fait sortir tout le troupeau !
    Sans parler de ces éléphants qui reviennent "saluer" les restes d'un des leurs , comme s'ils lui rendaient un hommage .
    Les éléphants sont des animaux fascinants . J'aime tout ce qui concerne les animaux du plus petit au plus grand , il y aurait pas mal de "leçons" à tirer de leur comportement .
    D'ailleurs , si on réfléchit un peu l'humain est le seul animal à avoir besoin de se doter de gouvernements ! et pour quel résultats !!!!

    RépondreSupprimer
  13. � ne jamais oublier...
    la diff�rence est force et symbole d'avenir quand l'amour est lien...

    RépondreSupprimer
  14. je te confie Vincent mon regard sur l'Afrique de ma jeunesse, note �crite il y a longtemps : http://www.ublog.com/Lunaba/note/38

    RépondreSupprimer
  15. Merci Eva.
    je l'ai parcourue vite fait, mais elle va me plaire. Tu as une chance monstre d'avoir connu cette afrique. Elle a beaucoup changée depuis. Tant mieux pour les africains, dans un certain sens car tous ne sont pas heureux.
    A plus

    RépondreSupprimer
  16. Une belle histoire, vue aussi à la télé voilà quelques temps.Elle tend à nous démontrer que cette lionne avait quelques humanités. Etre mère c'est quelque chose de très fort.Elle l'a démontrée. Que dire de l'enfant loup de l'Aveyron, élevée par une louve!

    RépondreSupprimer
  17. Merci de ta visite Muse.
    Je ne voudrais pas mettre de bémol à cette très belle histoire. Si tu te souviens des commentaires qui étaient faits, il s'agissait d'une jeune lionne, une "fauvette" qui aurait été mise à l'écart de sa famille.
    Pourquoi? Pas d'explication. Peut être que sa constitution physique y était pour qq chose.
    Faut savoir que des lionceaux laissés seuls et touchés par un homme speuvent être tués par la mère à son retour. Dur, Dur. Ils ne sont pas très tendres avec leur progéniture.
    Mais cela ne change rien ala beauté de l'histoire. cette fauvette a quand même protégé d'autres bébés oryx par la suite.
    Elle est chouette la vie. Parfois.
    bises

    RépondreSupprimer
  18. Ne faisons pas d'un cas une généralité, mais uniquement une très bonne histoire fort bien conté.
    Je ne fais que passer, mais je reviendrai.

    RépondreSupprimer
  19. Absolument françois! je l'ai dit plus haut. Ce qu'elle a fait découle du psychique de cette bête refoulée par les siens. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  20. Voilà , je plonge en terre inconnue , loin dans ton blog , moi qui rêve de me dépayser , je suis servie !!! aprés les promenades en fôret , l'Afrique et cette belle histoire .....
    Oui, je bade .... je dois te dire , je suis Provençale avé l'assen !!! l'assen des cigales ( que je n'ai jamais perdu malgré le fait d'avoir bourlingué et parlé plusieurs dialectes )

    RépondreSupprimer
  21. Moi aussi, je n'ai jamais perdu l'accent du cantal (qui ressemble bien à l'accent du midi) bien que j'ai fait 9 ans de région parisienneet que je sois depuis 1982 en région Lyonnaise.
    bonne promenade dans monn blog.

    RépondreSupprimer

vos commentaires seront désormais lu avant d'être publiés sur ce site, merci de votre patience !

Vince "Africantal"